La génèse du projet :

une des plus riches collections régionales

Le Musée des vallées cévenoles est d’abord né de la passion de Daniel Travier qui, très tôt conscient de la nécessité absolue de transmettre le patrimoine culturel de ce pays, entreprit de collecter objets, outils, documents, informations …, tout témoignage lié à l’histoire et à la vie quotidienne des Cévennes.

Le premier embryon de collection a été présenté au public, d’abord dans le cadre d’une exposition temporaire en 1964, puis en 1969, avec la constitution d’une association loi 1901, et enfin avec l’exposition permanente occupant des locaux privés.

En 1979, la ville de St-Jean-du-Gard fit l’acquisition d’un ancien relais d’affenage du XVIIe siècle et le restaura. Une grande partie fut affectée aux collections et inaugurée en 1982. A cette occasion, le musée organisa un colloque consacré aux « musées d’identité » ou « musées de société », qui constitua une première en France. Depuis, collections et public se sont accrus. Ce dernier est passé de 6800 à 22000 visiteurs annuels dans les années 1990, avec un tassement ces dernières années qui a fait osciller la fréquentation entre 15000 et 18000 visiteurs dans les années 2000.

Le musée est alors limité par manque de place, submergé d’objets collectés qui appellent à une grande réserve.

Bien que doté de qualités architecturales intéressantes, le site présentait des faiblesses en terme de conservation et de présentation : réserves insuffisantes, manque d’espace boutique, d’espace vidéo et interactif, d’espace consacré aux expositions temporaires, aux conférences, aux animations dynamiques, aux animations pédagogiques, manque d’atelier de préparation d’expositions… L’opportunité de déménager dans l’ancienne filature de soie de Maison Rouge est devenue indispensable.

Maison Rouge - Musée des vallées cévenoles
Maison Rouge - Musée des vallées cévenoles